Bon, je parlerai pas de Dujardin, je sens que je vais énerver (presque) tout le monde. Comme je suis super lâche, je préfère m'abstenir. (Mais quand même, t'es pas UN TOUT PETIT PEU blasé(e) par ce cirque médiatique ? Moi, j'en peux plus de me coucher et de me réveiller avec The Artist – si au moins Chouchou était en vrai dans mon pieu, ça me ferait des loisirs ! Et aussi, tu trouves pas que c'est UN TOUT PETIT PEU de la poudre aux yeux, ce côté "And the winner is La France”, alors qu'on est en pleine cagade économique). Je préfère garder un silence poli pour pas gâcher ta joie.

Non, moi je vais te causer de Norbert, un candidat de Top Chef qui n'aura jamais aucun Oscar. Et pourtant, il crève l'écran, Norbert. Et en plus, c'est un poète. En pleine action (pulvériser une caille, émincer des carottes avec une trancheuse à jambon, niquer un  siphon tout neuf…), il te sort des phrases du style : "Ça caille sur ce parking, on va avoir les burnes comme des raisins de Corinthe !" On notera que la métaphore reste culinaire. Mais Norbert s'y connaît aussi en bricolage : "La mousse au chocolat, limite tu colles du carrelage avec." Mais son registre de prédilection, c'est le dicton de par chez lui : "Comme on dit chez moi, tu tortilles pas du fion pour chier droit…"

Et quand il ne dit pas de conneries, il agite ses grands bras, il court partout, il s'énerve contre lui, contre les autres… On voit bien qu'il saoule les autres candidats. Et le téléspectateur aussi, d'ailleurs. Mais il a un truc, Norbert, qui fait qu'on finit par le trouver sympa. D'après Leeloolène, il a eu une enfance difficile (c'est elle qui le dit, moi je suis pas très potins…). Ce qui pourrait expliquer son côté pas fini et attachant…

Cette semaine encore, Norbert s'est qualifié sur le fil. "Je suis le morbac de Top Chef, a-t-il conclu, philosophe, je m'accroche à la culotte… et je pars pas !”


ntarayre